Travail du bois : Comment bien entretenir ses outils ?

Pour faire du bon travail, il faut respecter certaines règles. Les outils modernes, fruit d’une longue expérience alliée à l’emploi de matériaux nouveaux, sont conçus pour des travaux bien spécifiques. Un mauvais usage abîme les outils et entraîne des imperfections de réalisation.

Bien utiliser et entretenir les outils

Ne prenez pas un marteau de charpentier ou une massette pour frapper le manche d’un ciseau à bois ou d’un bédane. Ne coupez pas les panneaux de particules à l’aide d’une scie à tenon. N’essayez pas de creuser une mortaise avec un tournevis ou de planter un clou avec un maillet, etc. Les outils doivent être bien rangés pour se trouver à portée dès que l’on en a besoin. Tenez-les à l’abri de l’humidité ; graissez-les légèrement, si nécessaire, pour leur éviter de rouiller. Entretenez-les régulièrement afin qu’ils demeurent bien aiguisés et bien affûtés : le travail est aussi bien plus rapidement accompli et de meilleure qualité.

Toutes ces précautions vous permettront d’avoir en permanence sous la main un outillage performant, capable de donner le meilleur de lui-même en toutes circonstances. C’est là un facteur essentiel de réussite pour l’amateur, qui se pénalise souvent, par rapport au professionnel, en utilisant des outils de piètre qualité et, de surcroît, en mauvais état. N’oubliez pas qu’en travaillant vous devez réaliser une économie substantielle l’achat d’un outillage de haut de gamme, et du matériel pour l’entretenir, doit donc être envisagé non comme une dépense superflue, mais comme un véritable investissement productif. Il est donc logique, ensuite, de s’efforcer de le conserver en bon état et de le faire durer le plus longtemps possible.

Affûter un ciseau

La lame des ciseaux à bois (et des bédanes) est biseautée en usine. Le travail du bois (en particulier celui des essences dures et des panneaux de particules) entraîne leur désaffûtage. Il arrive même ·que le tranchant de la lame soit ébréché, lorsque l’outil heurte par exemple un clou noyé.

La rectification d’une lame ébréchée se fait à l’aide d’une meule montée sur un touret. Faites-la tourner rapidement et reformez le biseau du ciseau (angle compris entre 20° et 25°) . Il faut ensuite affûter la lame avec une pierre à huile. Fixez celle-ci solidement sur l’établi ou sur son support. Elle prend souvent place dans une petite boîte en bois fabriquée spécialement à ses dimensions, puis fixée sur l’établi. Frottez le biseau du ciseau sur la pierre huilée en un mouvement circulaire. Respectez l’inclinaison du biseau. Pour affûter plus facilement selon l’angle exact, il existe des guides d’affûtage (malheureusement difficiles à trouver) qui maintiennent le ciseau selon l’inclinaison voulue. Cet affûtage à la meule et à la pierre produit une petite bavure sur le tranchant de la lame : le morfil. Pour l’éliminer, retournez la lame sur la pierre et frottez-la à plat.

Affûter un rabot

Le fer du rabot s’affûte de la même façon que le ciseau, à la meule, s’il est ébréché, et à la pierre à huile. L’affûtage à la meule a tendance à donner un certain arrondi au biseau du fer ; il faut éliminer ce défaut. Travaillez à la pierre à huile avec un guide d’affûtage. Les bois durs désaffûtent le rabot assez rapidement. Il faut affûter la lame de cet outil dès que vous constatez une baisse de l’efficacité.

Affûter une mèche

Les mèches hélicoïdales ou les mèches à trois pointes du vilebrequin ou de la perceuse s’affûtent avec une lime fine ou avec une lime tiers-point. Serrez la mèche entre les mâchoires d’un étau pour la maintenir à la verticale. Passez doucement la lime sur le tranchant de la mèche en commençant par l’intérieur des bords de coupe verticaux (pour la mèche hélicoïdale). Limez sans trop appuyer en respectant l’angle du tranchant.

Affûter une lame de scie

L’entretien d’une scie comprend deux opérations distinctes : l’avoyage et l ‘affûtage. Certaines scies sont affûtées une fois pour toutes en usine (acier trempé), elles ne peuvent donc être réaffûtées. L’avoyage d’une scie consiste à incliner légèrement les dents (à gauche et à droite alternativement) par rapport à l’axe de la lame. La voie permet l’évacuation normale de la sciure et la pénétration de la lame dans le bois. La voie doit être régulière, et l’inclinaison la même pour toutes les dents. Pour tout savoir sur l’affûtage des meilleurs modèles de scies, rendez vous sur scie-info.fr.

Une voie trop importante entraîne une mauvaise pénétration dans le bois. L’avoyage s’effectue avec une pince spéciale dite « à avoyer ». Cet instrument doit être réglé précisément en fonction de la largeur à donner à la voie. En règle générale, la voie est égale à une fois et demie l’épaisseur de la lame. Après L’avoyage, il faut affûter le tranchant de chaque dent. Placez la lame de la scie entre deux planchettes, puis l’immobiliser entre les mâchoires d’un étau. Contrôlez d’abord, à l’aide d’une règle, que toutes les dents se trouvent au même niveau .

Marquez celles qui dépassent pour les rectifier ensuite. Affûtez les dents avec une lime tiers-point (petite lime triangulaire). Sa largeur doit permettre d’affûter chaque dent d’un seul coup de lime. Partez du nez de la scie pour aller vers le manche. Limez toujours en poussant.

Ben